Votre petiot a du mal à s’intégrer aux autres enfants ? Il se cache souvent derrière maman ou papa lorsqu’il est entouré d’étrangers ? Au-delà de 3 ans, ces signes peuvent indiquer la timidité de votre enfant. À ne surtout pas confondre avec la période « bébé pot de colle » par laquelle tous les bambins sont passés. Pour vaincre la timidité, vous devez guider votre enfant de manière à reprendre confiance en lui sans le brusquer.

Des parents présent et encourageant

L’origine de la timidité d’un enfant peut s’expliquer, soit pas un trait caractéristique bien propre que l’enfant possède depuis sa naissance, soit par un ou des événements (s) qui l’ont chamboulé. Dans les deux cas de figure, une éducation parentale attentive et encourageante peut aider un enfant timide à dépasser ses réserves sociales. Il n’est pas non plus à exclure que cette timidité soit le produit d’un mimétisme, un parent ou un proche renfermé peut influencer inconsciemment le comportement des plus jeunes. Ainsi pour favoriser l’estime de soi chez un enfant, les parents devraient montrer un soutien inconditionnel. Lorsqu’il accourt pour vous montrer quelque chose — montrez de l’enthousiasme même si cela vous parait insignifiant. En cas d’échec ou de situation embarrassante, ne le grondez pas, mais félicitez-le plutôt. Ne lui rappelez jamais son tempérament renfermé, ce serait une forme de validation de son incapacité et accentuerait au contraire son caractère introverti.

Le guider pour s’ouvrir aux autres et s’exprimer plus

La plus grande angoisse des parents d’enfants timides est l’incapacité de leur progéniture à établir des contacts, un handicap pour aller à l’école, mais aussi pour l’épanouissement. Ces mêmes parents auraient tendance à surprotéger leurs enfants en voulant leur imposer des amis ou en les forçant à fréquenter des petits de leurs âges triés sur le volet. Ce type de comportement est pourtant à bannir, car l’avis de l’enfant en question est négligé, et cela renforcera le manque de confiance en soi. De plus chaque enfant avance à son propre rythme, les parents devront alors faire preuve de patiente. Ce que vous pouvez faire pour favoriser l’estime de soi de votre petiot c’est de lui faire comprendre que son avis compte, et l’inciter à les exprimer. Par exemple vous pouvez le laisser choisir le menu du prochain déjeuner, d’ailleurs vous pourrez solliciter son aide en cuisine pour passer du temps ensemble.

Activité extrascolaire : la clé d’un bon épanouissement

Le manque de confiance en soi est très récurrent à la puberté à cause de nombreux changements du corps, mais aussi en raison de la sensibilité accrue au regard des autres entraînant d’autres insécurités. Pour les enfants déjà introvertis, ce passage à l’adolescence peut être éprouvant émotionnellement, c’est pourquoi il est important que les enfants aient une bonne opinion d’eux même avant le moment fatidique. Pratiquer une activité assidûment pourrait aussi aider l’enfant réservé à s’épanouir. En plus de développer ses capacités (intellectuelle, motrice, créative, etc.), cela pourrait lui permettre de tisser des liens avec d’autres personnes qui partagent ses intérêts. Les activités de groupes sont d’ailleurs plus bénéfiques à une meilleure adaptation sociale. Attention, il faut laisser votre enfant choisir une activité qui lui plait. Si votre enfant s’investit dans une activité, intéressez-vous à ce qu’il fait et soutenez-le autant que possible.